Microscopie et champignons

La détermination des champignons n'est pas toujours chose facile.
Pour l’amateur, devant la multitude d'espèces existantes, il est presque impossible d'identifier avec sûreté un champignon par la seule image couleur rencontrée dans un atlas ou sur un site internet.
La première démarche, incontournable, consiste à se familiariser avec les principaux genres et groupes de champignons. S’agit-il d’un Tricholome, d’un Clitocybe, d’un Hygrophore…etc ?

Pour ce faire, des clés simplifiées basées sur des caractéristiques morphologiques appréciables par tous, existent dans la plupart des ouvrages de vulgarisation. Elles sont très faciles à utiliser et largement illustrées de photos pédagogiques dans le CD-Rom : Identifiez les champignons en 3 clics.

Cette étape franchie, vient alors le moment de déterminer l’espèce...

Si certaines, parmi les plus courantes et populaires ne présentent pas de grosses difficultés, d’autres, au contraire, demandent que l’on s’y attarde un peu plus.

Mais pour ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances mycologiques, les limites de l’observation macroscopique seront bientôt atteintes et il sera alors temps d’explorer l’infiniment petit…

 

Pour aller à l’encontre d’une idée reçue, l’utilisation d’un microscope n’est pas forcément réservée à une certaine élite. Pour autant, avant de réaliser une première préparation, une prise en mains de l’appareil est nécessaire.

Ceux qui n'ont pas eu la chance d'utiliser ce type de matériel en milieu scolaire, essaieront de se rapprocher d'une association mycologique ou de se documenter sur internet, par exemple...

 

Que faut-il observer avec le microscope ?  

Si l’apprenti mycologue se limite dans un premier temps à l’observation des spores* et des cystides*, il obtiendra de bons résultats sans trop de difficultés. Il pourra ainsi contrôler sa détermination macroscopique préalable ou encore suivre une clé de détermination utilisant des données plus « scientifiques ». Dans un deuxième temps, lorsqu’il se sentira plus à l’aise avec les préparations, il pourra explorer la cuticule ou encore s’intéresser aux pigments…

 

* Les spores (éléments unicellulaires microscopiques disséminés par le champignon pour en assurer la multiplication).

Elles sont faciles à obtenir… sur un petit fragment d’hyménium ou encore mieux, sur une sporée.

On peut observer leurs couleurs, leurs formes, leurs ornementations mais aussi les mesurer avec un oculaire gradué. Ces informations obtenues peuvent être comparées avec les indications des ouvrages de mycologie.

 

Quelques exemples :

...Type Russules
...Type Russules
... Ellipsoïdes et épineuses
... Ellipsoïdes et épineuses
... Anguleuses
... Anguleuses

... Avec pore germinatif
... Avec pore germinatif
... Globuleuses et pointillées
... Globuleuses et pointillées
... Noduleuses
... Noduleuses
... Allantoïdes et lisses
... Allantoïdes et lisses

* Les cystides (organes stériles de formes et de dimensions variables se trouvant dans l'hyménium des basidiomycètes).

Ces éléments sont également faciles à observer lorsqu’ils sont présents dans le champignon (certaines espèces n’en possèdent pas). Leurs formes et leurs dimensions sont très variables. Ici, la difficulté est de trouver la littérature adéquate pour pouvoir comparer les données.


Quelques exemples :

 Muriquées
Muriquées
 Lagéniformes
Lagéniformes
En "poil d'ortie"
En "poil d'ortie"

Lécithiformes
Lécithiformes

 

 

 

 

 

 

 

 

      Diverticulées


Quelques photos au microscope...

Voici quelques exemples d'espèces macroscopiquement ressemblantes et pour lesquelles une vérification au microscope s'avère utile :

- Giromitra gigas et Gyromitra esculenta

- Strobilurus esculentus, Strobilurus tenacellus et Strobilurus
   stephanocystis

- Tuber melanosporum et Tuber indicum

Spores de Gyromitra gigas

Spores de Gyromitra esculenta

Spores et cystides de Strobilurus esculentus

Spores et cystides de Strobilurus tenacellus

Spores et cystides de Strobilurus stephanocytis

Spores de Tuber melanosporum (Truffe noire du Périgord)

Spores de Tuber indicum (Truffe de Chine)

Photos diverses...

(classées par ordre alphabétique des genres)

Agrocybe dura ; spores et cystides de l'arête des lames (cheilocystides).

Agrocybe rivulosa ; spores et cystides de l'arête des lames (cheilocystides).

Agrocybe vervacti ; arête de lame. Spores et cheilocystides.

Badhamia panicea ; classe des Myxomycètes. Spores claires, rondes et finement ponctuées... avec granules calcaires et capillitium.

Bovista nigrescens ; spores sphériques, verruqueuses, pédicellées par des restes de stérigmates.

Chlorophyllum venenatum (= Macrolepiota venenata) ; spores.

Chroogomphus helveticus ; spores.

Clavulinopsis helvola ; spores typiques, grossièrement verruqueuses.

Clitocybe phaeophthalma ; hyphes de la cuticule nettement ampulacées, caractéristique de cette espèce.

Coprinus sterquilinus ; grandes spores elliptiques 17-24 x 11-14 µm, montrant un pore germinatif net, central ou un peu excentré.

Cortinarius kristinae ; spores amygdaliformes à citriformes, verruqueuses.

 

Cylindrobasidium evolvens ; spores en forme de larme ou de pépin, leptocystides fusiformes.

Dacrymyces capitatus ; basides en forme de "lance-pierres" et spores.

Elaphomyces granulatus ; spores globuleuses, ornées de verrues épineuses.

Entoloma sepium ; 4 spores en développement sur les basides.

Entoloma cuneatum ; arête de lame et spores anguleuses.

Exidia repanda ; boucles souvent ouvertes + spores.

Exidiopsis grisea ; spores allantoïdes (en forme de saucisse).

Galerina tibiicystis ; spores et cheilocystides.

Gamundia leucophylla ; spores finement épineuses + cystides.

Gautiera morchelliformis ; spores côtelées, en forme de citron.

Gloeocystidiellum leucoxanthum ; spores et gléocystides à contenu granuleux.

Gymnopilus stabilis ; spores et cheilocystides.

Gymnopus luxurians ; spores germant souvent, assez caractéristique de l'espèce.

Hebeloma eburneum ; spores et cheilocystides en massue.

Hohenbuehelia geogenia ; cystides à paroi épaisse et sommet couronné de cristaux.

Hygrocybe fornicata ; spores.

Hypomyces torminosus ; spores.

Hypoxylon rubiginosum ; spores.

Inocybe asterospora ; spores "en étoile", ornées de fortes bosses.

Inocybe leptophylla ; spores et cheilocystides.

Junghuhnia nitida ; spores et skeletocystides.

Lentinus suavissimus ; spores +/- cylindriques à légèrement allantoïdes.

Lepiota oreadiformis ; spores.

Lyophyllum deliberatum ; spores losangiques.

 Lyophyllum macrosporum ; grandes spores souvent ventrues. 

Lyophyllum rhopalopodium ; spores losangiques et triangulaires.

Macrocystidia cucumis fo. minor ; spores et cystides (60-100 x 12-25 µm).

Marasmius torquescens : poils de la surface du pied.

Melanoleuca albifolia ; spores verruqueuses et cystides fusilagéniformes.

Melanoleuca friesii ; caulocystides présentes sur la surface du pied.

Mycena acicula ; spores subfusiformes à +/- cylindriques.

Mycena galericulata ; spores et cheilocystides clavées, ornées de diverticules et d'excroissances digitées.

Myxarium nucleatum ; spores +/- allantoïdes, parfois déformées. Hypobasides globuleuses, prolongées par 2 ou 4 épibasides vermiformes.

Pachykytospora tuberculosa ; spores verruqueuses à parois épaisses. Les verrues semblent souvent +/- disposées longitudinalement.

Panaeolina foenisecii ; spores 12-16 x 7-10 µm, nettement verruqueuses et à pore germinatif +/- proéminent.

Parasola auricoma ; présence de poils brun jaune caractéristiques sur la cuticule du chapeau (entre 100 et 300 µm de longueur).

Perrotia flammea ; spores oblongues, hyalines, droites ou le plus souvent courbées, montrant 1 cloison centrale à maturité.

Peziza badia ; spores ornées d'un réticule bien formé mais incomplet.

Peziza varia ; paraphyses et asques (bleuissants au réactif de Melzer) contenant 8 spores.

Phaeocollybia lugubris ; spores et cystides capitées.

Pholiota mixta ; spores. Pore germinatif présent mais petit et discret.

Pluteus ephebeus ; éléments allongés de la cuticule.

Psathyrella bipellis ; spores avec pore germinatif net et cystides fusiformes, lagéniformes ou utriformes.

Psathyrella clivensis ; spores à pore germinatif absent ou peu visible et cystides fusiformes ou lagéniformes.

Psathyrella pigmaea ; spores avec pore germinatif et cystides utriformes souvent couronnées de cristaux.

Psathyrella spadicea ; spores sans pore germinatif et cystides couronnées de cristaux.

Ramaria schildii ; spores lisses, +/- cylindriques, à face dorsale droite ou légèrement déprimée.

Rhodocybe hirneola ; spores et cheilocystides.

Russula fuscorubroides ; spores.

Sarcoscypha jurana ; spores aux extrémités souvent tronquées et marquées d'une petite dépression.

Scutellinia minor ; spores subsphériques à sphériques à verrues hétérogènes.

Scutellinia trechispora ; spores sphériques, ornées de grosses verrues +/- coniques et tronquées au sommet.

Sowerbyella rhenana ; spores réticulées.

Stephanospora caroticolor ; spores à ornementation fortement épineuse.

Tubaria conspersa ; spores et cheilocystides.

Tuber puberulum ; spores globuleuses à subglobuleuses, ornées d'un réticule.

Tulostoma brumale ; spores arrondies et hyphes aux cloisons typiquement élargies.

Xerocomus armeniacus ; hyphes terminales de la cuticule montrant des taches lépreuses caractéristiques, visibles dans le congo ammoniacal.